Rechercher

Bas les masques !


Notre Père qui est aux Cieux

...pardonne nous l’offense de ne pas écouter ce que dit cette pandémie...


Bas les masques

Ce mardi 29 septembre 2020 nous sommes toujours en pleine pandémie du COVID

Pour la première fois depuis mars dernier j’ai repris les tranports en commun de l’île de France pour rejoindre la Gare de l’Est; je vais bientôt monter à bord du TGV pour Strasbourg; je vais enfin revoir mes parents après cette période de confinement, ces étranges vacances en cohabitation avec le virus et aussi après l’opération qu’a subi maman suite à son cancer du sein. Après mon départ en pré retraite aussi en mai dernier

Ce retour à la cohue de la grande ville est plus qu’un “come back”. Les autres ont changé. Pas moi. Je suis comme avant mais tous ceux que je rencontre sont méconnaissables. Le masque qu’ils portent ne laisse plus voir que leurs yeux. Les traits qui permettent de nous reconnaître ont disparu. Le monde s’en trouve transformé. C’est terrifiant. À la distance physique imposée par les autorités et rappelée de manière incessante par les hauts parleurs de la gare se rajoute la distanciation sociale entre ces visages méconnaissables bardés de bleu blanc ou noir...

Je n’ai pas changé car je ne me vois pas. Mes yeux sont comme avant et très vite j’oublie que moi aussi je porte ce masque et je participe à ce spectacle effarant.

Ce virus tue certes mais beaucoup moins que d’autres pandémies du passé et d’autres catastrophes. Un million de mort à ce jour. Pourtant au fur et à mesure qu’il se répand sur la planète il désorganise les familles, les entreprises, la société et l’économie mondiale bien plus qu’aucune crise financière ou guerre ne l’a jamais fait.

Alors je m’interroge. Dieu mon Père qui est aux commandes veut il nous dire quelque chose ?

Depuis que je Le côtoie je sais à quel point il est puissant et subtile. Il y a là tous les ingrédients pour se mettre à Son écoute. Et pourtant je n’entends rien. Je cherche mais je ne vois rien. Alors je prie qu’Il m’ouvre les yeux. Il a promis que “celui qui cherche trouvera et on ouvrira à celui qui frappe”.


Quelle parabole Dieu nous raconte t il ? Quels en sont les protagonistes? Et à quel moment toi ou moi intervenons nous dans l’histoire ?


Alors assis dans mon fauteuil rouge dans le hall de la Gare de l’Est Dieu prend la parole et j’écoute ; mes écailles tombent.


Ce masque c’est celui que nous portons tous depuis notre enfance. Il uniformise l’humanité qui veut se protéger du virus que représente la mort physique. Face à cette terreur du néant nous nous fabriquons des masques. Ils sont tissés de superstitions plus ou moins religieuses, de mille et un divertissements, d’addictions multiples au travail, a l’argent, à la nourriture, à l’alcool, aux psychotropes, au sexe, aux jeux vidéo. Ils sont aussi cousus d’idéaux destinés à donner du sens qu’ils soient religieux éthiques, familiaux, amoureux ou écologiques...

Ce masque c’est notre signe de reconnaissance entre humains ; il est indispensable à la vie en société ; il est même obligatoire de le porter sous peine de rejet mortel.

Au mieux Il nous aide à vivre avec l’idée de notre retour à la poussière et plus certainement il nous maintient dans le déni de la mort si possible jusqu’à notre dernier souffle.

Le virus circule activement partout mais les jeunes sont peu atteints et en général asymptomatiques. Leur masque est surtout fait de déni et d’addictions ; les plus de 65 ans qui voient leur corps vieillir et leurs proches s’éteindre les uns après les autres privilégient le masque des croyances et du sens.

Mais personne ne veut retirer son masque et affronter les questions que la vie et la mort nous posent à chacun individuellement.


Déposer le masque ce serait accepter la vie et la mort; les recevoir tous 2 comme un don et jamais comme un du ou une fatalité.

Enfin ce serait rendre à Dieu mon Père, ton Père aussi si tu le vois, ce qu’il m’a donné de plus précieux c’est à dire ma vie.

N’est ce pas cela la repentance?


Chaque fois que Dieu parle ne nous fait il pas grâce? Même par un virus ?

Écouter Dieu c’est facile : il suffit de suivre l’Homme qui, au nom de Dieu qu’il appelle “son Père”, n’a jamais mis le masque.


Mon train arrive à Strasbourg. Une foule d’yeux se presse sur les quais...

Quand trouveront ils leur identité?


Notre Père qui est aux Cieux

que ton règne vienne..


Amen

8 vues

Posts récents

Voir tout

© 2020 Gîte et Accueil. Créé avec Wix.com

Réservation : 0678857415 ou castel.accueil@yahoo.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now